IL FAUT UN DIAGNOSTIC JUSTE

SI L’ON VEUT DES REMÈDES APPROPRIÉS.

Voir le Documentaire

Comment diagnostique-t-on une HTAP ?

Etant donné que les symptômes de l’HTAP sont peu spécifiques de cette maladie, le diagnostic est souvent difficile à faire. En effet, l’essoufflement et la fatigue (qui sont les principaux signes d’une HTAP) sont également présents dans d’autres maladies très différentes.

Le protocole de diagnostic est très bien défini et est généralement établi suite à une réunion entre des médecins de plusieurs spécialités (pneumologie, cardiologie, médecine interne…).

Ainsi, lorsque les symptômes laissent à penser que l’on puisse être atteint d’HTAP, plusieurs examens sont réalisés :2

L’échographie cardiaque permet de suspecter une HTAP,3

Le cathéterisme cardiaque droit représente l’examen de référence et permet de confirmer le diagnostic.3,4

D’autres tests comme l’électrocardiogramme, le scanner du poumon… sont également effectués pour compléter le diagnostic. 2,4

Après le diagnostic, la maladie est régulièrement évaluée sur la base de plusieurs paramètres sélectionnés par le médecin selon le profil du patient : symptômes cliniques, tests à l’effort, prise de sang, imageries, cathétérisme cardiaque droit…2,4

lane

1. Wapner J. and Matura LA. An Update on Pulmonary Arterial Hypertension. J Nurse Pract 2015; 11(5):551-559.

2. Haute Autorité de Santé. Guide ALD Hypertension artérielle pulmonaire – Protocole national de diagnostic et de soins pour une maladie rare. 2007

3. Galiè. N et al. 2015 ESC/ERS guidelines for the diagnosis and treatment of pulmonary hypertension. The Joint Task Force for the diagnosis and treatment of pulmonary hypertension of the European Society of Cardiology (ESC) and the European Respiratory Society (ERS). Endorsed by: Association for European Paediatric and Congenital Cardiology (AEPC), International Society for Heart and Lung Transplanta6on (ISHLT). Eur Heart J 2016;37:67-119.

4. Tromeur C., Pouliquen M-C., Paleiron et al. Hypertension artérielle pulmonaire. JLE 2012; 18(2):125-135.